Pays Basque : de belles opportunités cadres grâce à la diversité économique

Actualités et conseils sur les carrières dans le Sud Ouest
Territoires
Publié le mardi 08 août 2017
Bayonne-408_m

Par Régis Delanoë

Le Pays Basque n’est pas qu’un lieu privilégié des touristes. Sa diversité économique, entre les secteurs de l’industrie, l’agroalimentaire, le textile et l’émergence de start-up, offre de belles opportunités pour les cadres.

« Il y a ici, plus qu’ailleurs, un important marché caché avec un recrutement qui fonctionne beaucoup par réseau et connaissances. C’est un plus de bien connaître la zone, notamment pour les cadres commerciaux », annonce directement Olivier Gillet, manager de Randstad Search & Selection dans la région. Situé à l’extrême Sud-Est du pays, le Pays Basque sait exploiter économiquement son positionnement, indique Pierre Lacazedieu, directeur senior de Page Group : « Les possibilités d’échanges économiques sont nombreux, que ce soit avec Bordeaux au Nord, Pau à l’Est ou le Pays Basque espagnol, l’une des provinces les plus riches d’Espagne, au Sud. » L’attrait des plages, de la montagne et du thermalisme n’attire pas seulement les touristes mais aussi une population cadre en quête d’une belle qualité de vie. Nicolas Brivois, directeur régional de Hays, pointe néanmoins un handicap : « Le logement est problématique car très cher, ce qui limite l’accueil. Les prix de l’immobilier sont quasiment similaires à ceux observés à Paris. » Dans le détail, Bayonne et Anglet sont les villes les plus actives économiquement, tandis que Biarritz et Saint-Jean-de-Luz sont plus tournés vers l’activité touristique.

 

Industrie : aéronautique, sous-traitance électronique et biens d’équipement

Si le Sud-Ouest de la France se caractérise d’une manière générale par son importante activité dans l’aéronautique, le Pays Basque n’est pas en reste, comme le fait remarquer Pierre Lacazedieu : « Dans la sous-traitance, de très belles entreprises se distinguent dans la région. C’est le cas notamment de Lauak, qui fabrique des pièces d’avion, dont le siège social est situé à Ayherre, à l’Est de Bayonne. C’est à l’origine une PME familiale mais ses effectifs sont en progression exponentielle. » Ce groupe aux 1 200 salariés recrute régulièrement des chargés d’affaires et chargés de projet. Dassault Aviation possède également un site à Biarritz spécialisé dans la production d’éléments composites, l’assemblage et la jonction des fuselages d’avions, avec des besoins à des postes de responsable de production. Mêmes besoins pour Safran Landing Systems (ex-Messier-Bugatti-Dowty), qui produit des trains d’atterrissage à Bidos. Nicolas Brivois observe également « de belles opportunités de carrière dans la sous-traitance électronique et les biens d’équipement ». Deux exemples : BMS Circuits à Bayonne, la seule usine en France qui fabrique encore des téléphones mobiles, et Sokoa à Hendaye, une société spécialisée dans la fabrication des sièges de bureau.

 

Une activité historique dans l’agroalimentaire

« Le Pays Basque dispose aussi de belles entreprises dans l’agroalimentaire », fait remarquer Olivier Gillet.  Une activité économique qui se situe plus dans les terres, à la frontière avec les Landes au Nord (Labeyrie Fine Foods, avec deux sites de production basés à Came et Saint-Geours-de-Maremne), et le Béarn à l’Est (Lindt & Sprüngli, 600 salariés permanents à Oloron-Sainte-Marie). « Les postes cadres en production, qualité ou logistique sont très prisés dans l’agroalimentaire, note Nicolas Brivois. J’ai l’exemple d’un client devenu directeur de site d’une entreprise locale de découpe de jambon qui compte bien y faire carrière car le cadre de vie est très privilégié. Le taux de turn-over est peu important. »

 

Textile et côte basque font bon ménage

L’activité textile en lien avec la mer est une caractéristique importante du Pays Basque. « Il y a depuis une trentaine d’années un important marché du retail dans le domaine du surf sur la côte basque et en remontant dans les Landes, avec la présence d’entreprises comme Billabong ou Oxbow. » À Saint-Jean-de-Luz, la marque Quiksilver possède également son siège Europe sous le nom de Na Pali, ainsi que la marque américaine Volcom du côté d’Anglet. Pour des profils cadres, les opportunités se situent à des postes en marketing, design, merchandising ou encore dans le e-commerce. « C’est un marché qui est actuellement en stagnation », tempère néanmoins Pierre Lacazedieu. Reste malgré tout la possibilité d’exploiter ce filon dans l’entreprenariat, avec l’exemple de la start-up bayonnaise Patatam, spécialisée dans la revente de vêtement pour enfants.

 

Innovation et numérique : une marge de progression

Les start-up justement commencent à pointer le bout de leur nez dans le Pays Basque. « Si la région n’a pas l’attractivité en la matière de Bordeaux ou Toulouse, il y a un dynamisme important autour de la technopole Izarbel de Bidart », fait remarquer Nicolas Brivois, qui poursuit : « Les besoins en cadres informatiques sont évidents pour faire progresser ces sociétés qui évoluent dans le domaine de l’innovation et du numérique, notamment pour des profils développeurs. » 100 entreprises et 1 000 salariés sont déjà recensés dans cet incubateur, des chiffres en constante évolution.

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi