Pôle de compétitivité Eau: Une filière essentielle

Actualités et conseils sur les carrières dans le Sud Ouest
Filière et métiers
Publié le mardi 02 mai 2017
Pole-eau-list_m

Le pôle de compétitivité Eau est centré sur les interactions entre changements globaux et cycle de l’eau, réunissant des acteurs professionnels et académiques des régions Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Labellisé en 2010, ce pôle à vocation mondiale se place comme un véritable moteur de croissance et d’emplois, qui assure la synergie entre les acteurs de la filière Eau. Travaillant à créer de la valeur à travers des projets collaboratifs de R&D innovants, à développer et exporter la technologie et le savoir-faire français, il joue aussi le rôle d’animateur du réseau sur le territoire, au même titre que deux autres sites en France (Hydreos en Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, et Dream Eau et Milieux dans le Centre-Val-de-Loire). Sa dynamique s’articule autour de quatre axes stratégiques : identification et mobilisation des ressources en eau, gestion concertée des ressources et des usages, réutilisation des eaux de toutes origines et approches institutionnelles et sociétales. Pour répondre à ces questions et accompagner l’ensemble des acteurs de la filière, le pôle s’appuie sur une offre de services complète : développer les compétences des adhérents, en mettant à disposition des outils destinés à l’échange de connaissances entre PME et groupes, et faciliter leur communication. Il apporte également une aide à la concrétisation des projets par l’expertise et les financements.

Un enjeu global

La gestion des ressources hydriques et la qualité de l’eau restent un enjeu majeur du XXIe siècle. Alors que la population mondiale croît à un rythme élevé (6 milliards d’humains en 2000 et 9 milliards prévus en 2050), utilisant plus de 80% des eaux prélevées pour l’agriculture et l’industrie, et seulement 10% en usage domestique, on constate que les ressources de la planète sont encore mal réparties. Ainsi, le domaine de l’eau est au centre de toutes les préoccupations, tant au niveau national que planétaire. Devant ce constat, l’idée de création d’une structure à vocation mondiale, à dominante technologique, était nécessaire. Un défi que s’attache à relever le pôle, en proposant des solutions pour les différents usages hydriques, tout au long du cycle de l’eau (depuis sa mobilisation, jusqu’à son retour en milieux naturels, en passant par les différents usages). Un développement qui passe aussi par l’international, puisque le pôle stimule la compétitivité des entreprises membres, en leur donnant accès à ces nouveaux marchés.

L’objectif emploi

Pour favoriser le développement des entreprises et, de fait, la création d’emplois (entre 4 000 et 5 000 emplois), le pôle accompagne de façon ciblée les PME-ETI, à quatre niveaux : financement, ouverture à l’international, anticipation des besoins en compétences des entreprises et accompagnement. « Nous travaillons en étroite collaboration avec les écoles montpelliéraines, au travers de notre partenaire IM2E* : AgroParitech, Master EAU et l’Observatoire de recherche méditerranéen de l’environnement. Nous comptons parmi nos adhérents des associations : Eau fil de l’eau, IFTS, AFITE, de grands groupes (Veolia), et des organismes comme l’Office international de l’eau et l’Association scientifique et technique pour l’eau et l’environnement, qui organisent des sessions de formations techniques », souligne le service communication. Les autres organismes de formation adhérents sont l’ENIT, l’ENSCM, l’EMA, l’INSA Toulouse, Toulouse Business School, l’Université d’Aix-Marseille, Montpellier, Perpignan Via Domitia ou l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.

Chiffres

  • 144 adhérents
  • 111 projets labellisés
  • 9 organismes de formation adhérents

Interview

Jean-Loïc Carré,
directeur général du Pôle de Compétitivité Eau

Quels sont les champs d’action du Pôle Eau en termes d’emploi ?
Sur le territoire, la filière eau représente environ 400 entreprises, dont 250 adhérentes du pôle. Nous comptons de nombreuses PME, qui ont un fort taux de recrutement. En France, nous sommes dans une filière mature. Les principaux métiers se situent dans le développement de réseaux, la remédiation environnementale, l’entretien, la gestion des infrastructures. Aujourd’hui, il faut être mobile puisque nos entreprises sont aussi installées dans d’autres régions, ou à l’international.

Développez-vous des initiatives particulières dans le domaine de la formation ?
Il y a une offre de formations importante dans la filière eau, dans la région Occitanie. Nous faisons partie de comités d’orientation pédagogiques. Industriels et bureaux d’études interviennent dans les formations, par le biais de conférences et d’accueil de doctorants. Nous sommes régulièrement sollicités pour participer à l’élaboration de nouveaux cursus en lien avec l’évolution de la filière. C’est notamment le cas sur la mise en application, comme par exemple la technologie de réutilisation des eaux usées traitées, qui demande des formations adaptées, ainsi que la protection environnementale, ou le traitement des polluants.

Accompagnez-vous les entreprises dans leur développement à l’international ?
Nous menons un travail de prospection pour proposer aux adhérents un certain nombre de marchés identifiés. Nous accompagnons les PME dans leur installation à l’étranger (mise en relation avec les institutions, services administratif, technique, financier…). C’est le cas sur les marchés émergents (accès à l’eau potable et assainissement), où l’expertise française est demandée et appréciée.

HydroGaïa, les journées de l’eau

Le salon international de l’eau, HydroGaïa, est un événement annuel incontournable, pour tous les acteurs de la filière. Durant deux jours, les entreprises profitent d’un climat favorable au développement de leur business, en France et à l’international. C’est aussi l’occasion d’enrichir son portefeuilles clients, d’échanger, de présenter des innovations à une cible qualifiée et de se positionner en tant qu’expert du secteur. Le salon est fréquenté par 60% de visiteurs décisionnaires (PDG, DG, directeurs d’achats, techniques, recherche et développement, etc.). De plus, par le biais de la manifestation les « Journées Avenir de l’Eau », le salon organise notamment des conférences permettant aux professionnels du secteur de présenter leur métier. Grâce au Trophée HydroJeune, chaque jeune professionnel ou diplômé peut aussi concourir pour un projet innovant. Cet événement permet donc de développer son réseau et de découvrir les opportunités d’emplois du secteur, tout en misant sur la valeur ajoutée des futurs experts.

*Institut montpelliérain de l’eau et de l’environnement

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi